• 400 kms de ripio autour du lac du 2 au 6 Janvier 2014

    Ils quittent Los Antiguos

    Ils quittent Los Antiguos, prennent la direction du Chili, vers Chile Chico à 7 kms, ils feront  le tour du lac « Général Carrera » qui commence en Argentine sous le nom de lac Buenos Aires (50 kms de long en Argentine 130 au Chili) un des plus grands lacs d’Amérique du Sud, 1850km².

    L’employé Chilien de l’inspection sanitaire se veut très pointilleux. Il entre dans Casita, va direct vers le frigidaire « ah tiens des pots de confiture, vous ne les avez pas déclarés ? Non ce ne sont pas des fruits frais ; oui mais à base de fruits et le dulce de leche (confiture de lait) ? c’est d’origine animale… il faut les déclarer et nous on juge…   » Le voilà qui ouvre tous les placards, celui de la vaisselle,  des couverts, ustensiles de cuisine, et son voisin dans lequel  les pommes de terre attendent d’être trouvées, eh non il n’ouvrira pas la boite pourtant rouge bien visible, un petit tour à la salle de bain, tous les placards de linge, et penderie, ce sera tout ? Non il demande à ce que les soutes soient ouvertes, et leurs conserves « animales » alors et leurs pots de confiture « casero » (maison) que vont-ils devenir ? Il ne les verra pas, avec un grand sourire et en leurs  tendant la carte de la région, il leur souhaite bon voyage.

    Chile Chico, petit village se trouve sur une branche de la Carretera Austral Longitudinale.

       

    400 kms de ripio autour du lac

     

    La Carretera Austral est, selon le guide,  une artère qui relie les habitants de l’Aisen à tout le nord, et elle est devenue une attraction touristique majeure, traversant les paysages d’une beauté saisissante. Tout un programme pensent-ils, ils n’ont pas encore décidé s’ils feraient  la Carretera Austral ou côté Argentin la Routa 40, pour l’instant ils font le tour du lac. Ils poussent jusqu’au port de Chile Chico, ils pourraient bien prendre le bateau pour économiser  à « leur monture » quelques kilomètres de ripio, « le bateau est plein, demain » leur dit l’employée.  Ils ont assez attendu, ils roulent.

    A la sortie de Chile Chico, deux jeunes filles font du stop, ils les reconnaissent, elles étaient avec eux à la douane » arrêt, elles leur demandent vers où ils vont « - Puerto Rio Tranquilo,  elles aussi, elles montent dans Casita.

    Noam et  Inbal, sont dans la dernière ligne droite de leur voyage. Elles ont terminé leurs études et  commenceront à travailler dès leur retour en Israël. Pour les Trotteurs une difficulté linguistique, car Noam et Inbal ne parlent pas le Français, ou très très peu, espagnol  un peu également, l’anglais sera donc la langue choisie pour communiquer, pour eux l’hébreu, c’est de l’hébreu !!!

    La piste n’est pas facile, mais le paysage extraordinaire. Elle monte, descend, tout le temps en corniche avec très peu de rails de sécurité, le ripio est horrible, mais il n’en existe pas de bon, elle est étroite, tout pour décourager le touriste. Mais le lac est si beau, bleu toujours bleu, des côtes découpées, des montagnes enneigées, un régal pour les yeux.  Combien d’arrêts photos le Trotteur fera !!!

     

                                 400 kms de ripio autour du lac              400 kms de ripio autour du lac

     

    La vitesse moyenne 20 km/h, à cette allure là il est impossible d’arriver à Puerto Rio Tranquilo le soir même. A une heure raisonnable le Trotteur trouve un bon bivouac, près d’un torrent et à l’abri du vent. Dans Casita c’est  l’esprit « refuge » chacune prépare son repas, et tout le monde mangera à la même table. Les langues se délient, la soirée passe rapidement, « les filles » ont monté leur tente juste à côté. Quelques lièvres passeront, un se posera sur son train arrière, mais pas suffisamment longtemps, pour que le trotteur photographe le capture … dans son objectif. Le bruit du torrent qui coule dans une gorge profonde, sera le seul qu’ils entendront de la nuit.

     

    400 kms de ripio autour du lac

     

     

    Le lendemain, ils repartent, il n’y a que 100kms à parcourir  mais à la vitesse de 20km/h cela fait 5 heures. Pendant 5 heures ils vont subir, la poussière, le bruit dans Casita, le ripio, pas un moment d’accalmie. Le paysage n’a de  cesse d’être extraordinairement  beau. Le lac est encore plus bleu que la veille, des pauses et des pauses photo, mais c’est tellement beau, qu’on a l’impression d’être dans l’incapacité de photographier cette beauté. Ils rencontreront un seul camping-car, des Suisses, qui en ont assez de cette piste…

                400 kms de ripio autour du lac   400 kms de ripio autour du lac   400 kms de ripio autour du lac

    Puis tout d’un coup, au loin un marcheur. Mais oui, c’est bien Christian. Ils l’avaient laissé 500 kms plus bas. Cette fois il ne monte pas dans Casita, il redescend vers le Sud, il n’avait pas vu le glacier Perito Moreno... Il ne désespère pas quand même de les retrouver en Amérique Centrale, il va jusqu’au Canada lui aussi…

      400 kms de ripio autour du lac

     Toujours cette route « pourrie » dans ce paysage grandiose, presque indescriptible tant il est beau.

    Enfin au bout de 5 heures, ils arrivent à Puerto Rio Tranquilo.

    Après la cuisine Mexicaine de Géma, ils gouteront ce soir-là à la cuisine Israélienne, Noam et Inbal prépareront  un « shakshuka », un régal,  accompagné d’un Rosé de Cavanac (Aude) un bon moment de convivialité.

     

    400 kms de ripio autour du lac

     

     Cet ancien village de mineurs, est connu pour ses célèbres grottes de marbre en partie sous-marines.  Elles se visitent en bateau. Les vagues du lac ont creusé ces grottes dans la roche. Le mélange de couleurs, celle de l’eau, turquoise, celle du marbre, blanc  avec des veines jaunes, bleues, grises,  vertes et le soleil est un spectacle grandiose. Le clou de la visite sera la cathédrale de marbre, un dédale d’arches et de piliers plongeant dans les eaux du lac.

               400 kms de ripio autour du lac   400 kms de ripio autour du lac   400 kms de ripio autour du lac

         

              400 kms de ripio autour du lac   400 kms de ripio autour du lac   400 kms de ripio autour du lac

              400 kms de ripio autour du lac     400 kms de ripio autour du lac  400 kms de ripio autour du lac  

       

    Le retour à terre sera un peu agité, la Trotteuse "s’exprimera…"

    Après cette balade matinale, ils repartent avec Noam et Inbal, pressés d’avoir leur paquet à Perito Moreno.

    Ce sera encore 5 heures de ripio. Le paysage change, la piste passe par une forêt primaire, les arbres bien serrés laissent peu d’espace au soleil pour pénétrer, cela monte et descend, le lac n’est plus en ligne de mire. Ils arrivent à Cerro Castillo. Ce sera l’ultime soirée avec Noam et Inbal, deux jeunes filles sympathiques avec lesquelles tous les sujets, même les plus épineux (situation de l’état Hébreu) ont été abordés ; le lendemain elles partiront tôt, vers le Nord, en stop.

    Le camping dans lequel ils ont passé la nuit organise des sorties à cheval. Ils font le compte de leurs pesos, et prudemment, ils préfèrent les garder pour payer le passage du bateau au cas où la carte bleue ne fonctionnerait pas, mais se promettent de revenir vers la fin de semaine.

    Ils arrivent à Puerto Ibanez. Un village « tranquille », mais qui ne semble pas habité,  des rues très larges, bétonnées, des maisons colorées. Seuls les chiens font acte de présence. Ils tentent de faire des emplettes dans un « supermarket » des rayons presque vides, des légumes et fruits qui datent de …la commerçante note les prix tout simplement dans la main…L’employée du point information touristique, précise que pour passer le camping-car, il suffit de se présenter une heure avant soit vers 18 heures. Finalement, ils se présentent au bureau à 17h30, pour s’entendre dire « Non impossible, le bateau est plein ce soir, ce sera pour samedi » soit une semaine à mourir d’ennui ici. Inenvisageable.

    Une seule solution s’offre à eux, 120 kms de ripio, soit 5heures environ, pour rejoindre Perito Moreno par la montagne. Ils passent la douane Chilienne rapidement, la route commence bien, elle est pavée, super pas de bruit, les côtes et les descentes sont facilement passées. Hélas le pavement ne dure pas. La « route » ressemble à un chemin étroit qui aurait été détruit par un torrent, des gros cailloux partout, des trous…Bravo Casita elle s’en sort bien. Le vent a redoublé, Casita l’a dans le dos, pour une fois. Mais la poussière est plus rapide que Casita tant est si bien qu’elle la « double » à chaque rafale et arrive le moment où le « nuage » de poussière est tel, que le Trotteur ne voit plus la route… Ils arrivent à la douane argentine, la barrière est baissée, tiens le poste serait-il fermé ? Non pas du tout, même si le gendarme a mis un certain temps à ouvrir la porte…

    Il commence à se faire tard, ils vont chercher une estancia pour y passer la nuit, à l’abri du vent…Ils la trouveront assez tard, mais il faut passer 2 gués. Ils préfèrent rester en contrebas de la route.

    Enfin Perito Moreno, le paquet est-il là ? Oui depuis la veille…une si petite pièce pour le frigidaire qui les a enquiquinés depuis 2 mois, la carte bleue, et les ventouses, tout y est : Merci à l’assistance technique d’ EAC Balma et à Christine. Il reste maintenant à trouver les bouteilles de gaz pour alimenter le frigidaire et voir si la carte bleue fonctionne. En Argentine, ils ne trouveront pas de bouteilles, pénurie tous les ans à cette date. Les bouteilles Argentines et Chiliennes sont différentes, il faudra une usine à gaz au Chili pour remplir les bouteilles Argentines. La carte bleue ne leur donnera pas de pesos, le code s’est perdu entre Carcassonne et Cornebarrieu…il faut en demander un autre…Mais ils ont le passage pour le bateau de Chile Chico à Puerto Ibanez. Ils arrivent à l’embarcadère avec une heure d’avance, ils attendront 4 heures que les autorités maritimes donnent le feu vert, en raison du vent violent qui balaye le lac, tchao l’Argentine, à bientôt…

     

     

    400 kms de ripio autour du lac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Trève des TrotteursLa Carretera Austral du 7 au 15 Janvier 2014 »

  • Commentaires

    1
    Japifro
    Mercredi 15 Janvier 2014 à 15:36

    Vraiment sublimes les photos du lac.

    Patience et courage pour tous ces tracas successifs qui jalonnent votre périple....c'est cela l'Aventure !!

    Bises à tous 2.

     

    Janine et Pierre

    2
    Mercredi 15 Janvier 2014 à 19:34

    Coucou, et merci pour les magnifiques photos des grottes et du lac et les commentaires...bon courage pour la suite...hourra fin du ripio, du moins on l'espère pour Casita et vous...mais la beauté des paysages doit racheter les tracasseries des douaniers...(rien à voir avec les nôtres bien sûr!!) et de la carte bleue! bises Varoises à vous deux. Elisa, Michel

    3
    Danielle
    Jeudi 16 Janvier 2014 à 20:08

    On rêve avec vous,  même du ripio... On envie vos belles rencontres... On oublie vos ennuis

    On attend vos messages et on apprécie les talents de l'auteure.

    Bises à vous

    4
    .antton
    Vendredi 17 Janvier 2014 à 17:55

    les photos des grottes de marbre et les couleurs sont géniales....malgré le ripio le vent 

    la pousière et les ennuis vous avancez........  on attend la suite    Bises à vous

    5
    Jolette63
    Dimanche 19 Janvier 2014 à 20:16

    Coucou, voici les Auvergnats !

    Tout d'abord nous vous souhaitons une très bonne année , pleine d'heureuses surprises , de sublimes rencontres ! Voici 3 h que je suis sur votre blog (oups... je ne l'avais pas consulté depuis votre départ de Carcassonne!) mais promis maintenant je serai fidèle aux RDV !

    Photos superbes, récits passionnants ! Vous faites des envieux...et j'admire vote "zénitude" face à tous les tracas administratifs et  matériels. Mais effectivement, c'est cela l'aventure ! Et que de bons souvenirs à évoquer plus tard !

    Bises à tous deux et à bientôt , nous prendrons date pour une petite conversation via skype !

    Joëlle et Alain

     

     

     

    6
    petit fils
    Lundi 20 Janvier 2014 à 19:35

     Coucou papi et mamie 

     à Toulouse aujourd'hui il pleut .

    Vous mettez des photos superbes des baleines .

    Vous me manquez vous deux snif ,snif.

    Bises à tous les deux

    Romain

    7
    cantegreil
    Samedi 1er Février 2014 à 19:46

    Coucou tous les deux.

    Enfin mon ordi est en pleine forme... Je peux de nouveau suivre votre magnifique voyage et brancher Skype. Prochain stage le 22 février. Quelles belles photos qui nous font rêver... Et quelles belles rencontres. Ou en est le carnet de voyages de Gabriel?

    Gros bisous à vous deux et à très bientôt j'espère.

    Catherine

    8
    Colette B Egly
    Dimanche 2 Février 2014 à 18:44

    Bravo! j'ai vu tout votre périple et vais suivre votre aventure.Je vous souhaite de poursuivre dans les meilleures conditions votre magnifique voyage .Courage et profitez!

    Une vieille connaissance d'Arpajon

    Colette

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :