• Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

    La route qui les mène à Puno ...

     

     

     

     

     

    La route qui les mène à Puno, prend de la hauteur encore une fois…Ils atteindront les 4500 à Cruz Alto (c’est extraordinaire  de rouler aussi bien  sous le chaud soleil d’hiver à une telle altitude !!!)

                                        

                                        

    Des bords de route jonchés de sacs poubelles, des bouteilles plastiques, des papiers, l’annonce  d’une grande ville, Juliaca 200000habitants. Décidément Madame Garmin est fâchée avec les villes Péruviennes…c’est au milieu des taxis, motos taxi, vélo taxi, camions, dans un vacarme étourdissant de klaxons que Casita menée par la Trotteuse traverse cette ville grouillante de  monde.

     

     

    La sortie en direction de Puno est aussi sale, c’est bien la première fois qu’ils sont confrontés à ce décor…

     

    Ils découvrent le lac Titikaka, Puno niché dans le creux, des rues pentues qui les conduiront au bord du lac. Ils sont un peu déçus par ce lac, rien de saisissant.

                         

                         

                          

    Les Trotteurs ne sont pas du genre à se laisser envahir par ce sentiment d’insatisfaction, il doit bien y avoir quelque chose de plus qui fait la réputation de ce lac ? Pour ce faire, ils optent pour une mini croisière qui les mènera aux iles  Uros, Amantani avec une nuit chez l’habitant et pour terminer l’ile Taquile.

     

     

    Après une trentaine de minutes de trajet, les Trotteurs en compagnie de nombreux touristes, « débarquent » sur une des 40 iles flottantes d’Uros. Un « gentil guide » explique avec le « matériel approprié » comment sont créées ces iles à partir de totora, sorte de roseau dont une partie est aussi comestible,  les maisons et mobilier sont fabriquées aussi avec ce roseau. Pendant ce temps les femmes installent « leurs boutiques de souvenirs » à même le sol, d’autres achèvent leur ouvrage, l’opération « touristique » est en marche. A la fin de l’exposé, chaque couple est pris en charge  par une femme pour « visiter » sa maison. La maison se réduit à une pièce pour dormir, la cuisine étant extérieure, le chemin de retour passe bien sûr par sa boutique. Les « habitants actuels » de ces iles ne seraient pas des descendants des Uros mais des indiens Aymara de Puno, profitant de la manne touristique, y perpétuant toutefois les traditions Uros. (Petite parenthèse, les femmes arrivent tous les matins de Puno pour occuper les iles…Où est l’authenticité ?)

                   

                    

    Trois heures de navigation, c’est l’île Amantani qui se présente à eux. Le cirque touristique va-t-il recommencer pensent-ils, voyant des femmes en habit traditionnel descendre sur le port pour les accueillir ? Non pas cette fois. Des cultures en terrasse, blé, quinoa, pomme de terre, avec les murets en cailloux,  recouvrent les flancs de l’ile, jolie image pour débuter.

                                    

     Du  sommet de l’ile, lieu sacré dédié à la Pachamama, la terre mère,

     

     

    obligation de faire les trois tours symbolisant les 3 visions du monde, ils découvriront enfin  le lac Titikaka, son nom signifierait  « puma de pierre »en Aymara. Quel point de vue sur le lac, fantastique !!!  Au loin la Bolivie avec la cordillera Réal (cordillère Royale) toute blanche,

     

     

    des iles tout autour qui pourraient faire penser à la Bretagne, et cerise sur le gâteau, le coucher du soleil qu’ils vont déguster minute après minute leur rappelant l’embrasement de la cité de Carcassonne un soir de 14 juillet… 

                    

    Même s’ils ne sont pas « seuls au monde » et si des femmes jalonnent le chemin avec toujours des souvenirs, rien à voir avec les iles Uros, il y a une vraie vie sur Amantani. La vraie vie ils vont aussi la découvrir dans la famille qui les héberge.  Ils se retrouvent avec Maria et son fils, touristes Mexicains,  à partager pendant quelques heures le quotidien de cette famille, modeste mais accueillante. Ils auront « une pensée émue » pour ces pauvres dames des joueurs de foot qui ne se supportaient pas dans leurs 4 étoiles !!!! Le soir, animation par les jeunes du village jouant la musique traditionnelle dans le foyer, un bon moment pour nos Trotteurs.

                  

    Après une nuit au calme, pas de haut-parleur à 6 heures, pas de chiens aboyant on ne sait pourquoi, ils sont interdits sur l’ile parce qu’il n’y a pas de voleurs, ils reprennent le bateau pour la dernière ile, l’ile Taquile.

    Dès les premiers pas, c’est le silence qui frappe, pas de voiture, ni de vélo, ni de chiens. La pente est rude pour atteindre le sommet du village, toujours des cultures en terrasses, des géraniums, des bougainvillées encore en fleurs, il leur faut faire des pauses pour reprendre le souffle( ils sont à plus de 3 800 m), ce qui leur permet d’admirer le paysage de plus en plus beau. Les hommes et  les femmes  en habit traditionnel les croisent sur le chemin, il est difficile de « voler » une photo…

                    Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

    Un homme balaie le chemin empierré avec un drôle de balai, un balai qui sent bon. Il est fait avec des tiges de muña, plante qui pousse en abondance dont l’odeur ferait penser à celle de la verveine poivrée qu’Angèle, maman de la Trotteuse, cueillait dans son jardin …Elle est utilisé en infusion et aurait les mêmes vertus que le maté de coca. Ils arrivent enfin sur la place principale, un grand « magasin » où est exposé tout l’artisanat de haute qualité, bonnets, gants, écharpes. Les Trotteurs appuyés contre le mur, profitent du chaud soleil, à côté d’eux une femme file la laine, et un homme tricote, eh oui ici c’est ainsi.

                   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   

    Plus tard le guide expliquera les codes des couleurs des bonnets portés par les hommes selon qu’ils soient célibataires ou mariés, de la position du pompon toujours sur les bonnets  selon qu’il cherche ou qu’il a trouvé une femme. Pour les femmes le code est simple, c’est toujours une question de pompon, cousu de chaque côté de l’étole, selon la  grosseur elle est mariée ou célibataire. Puis le guide continuera sur l’organisation économique de l’ile, autogérée, précisant également qu’elle fut une prison politique. 533 marches à descendre pour rejoindre le bateau, voilà ce qui les attendait après le repas servi devant un décor exceptionnel.

                   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

                          Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

    A l’arrivée à Puno, pour les Trotteurs, la déception du premier jour est oubliée. Ce lac, ils l’ont approché, touché, humé, alors il est devenu magique, magnifique, et enfin ils l’ont apprécié. Une petite surprise sur le parebrise un papillon gentiment posé par la police, mais ce n’est qu’une mise en garde pour aujourd’hui, demain ce sera payant si Casita est toujours garée à la même place !!!

    Il se fait tard, ils doivent rejoindre Odile et Richard à Sillustani à quelques kilomètres  pour poursuivre ensemble le voyage.

    Sillustani est célèbre pour ses tombes funéraires rondes, chullpas de l’époque pré inca et inca.

                  Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet    Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

    Ils passent une  nuit près de  Lampa,  petite ville qui n'a rien d'extraordinaire à part une immense église dont la principale curiosité, une copie de la Pieta de Michel Ange, n'est pas visible.

     

    Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

     

    L'Altiplano est une région d'élevage, moutons, alpagas et vaches sont gardés par des bergères en train de tricoter.

                 Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

                 Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

    Quand ils arrivent sur la place d'Ayaviri un concours de danse est en  cours.

                                                    

    Le guide touristique "Toyota" signale la présence à proximité du Caynon de Tinajani. Après avoir dégusté un délicieux cancacho (agneau mariné dans du piment et de l'huile puis grillé) acheté sur le marché,  ils partent avec Odile et Richard  explorer ce fameux canyon.

                 Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

    Une fois de plus c'est très beau, mais ce qu'ils apprécieront le plus c'est la rencontre avec Vicente, Dorotea et leur fils Jaime. La famille élève 30 vaches et 50 moutons dans un cadre digne des meilleurs westerns. Ils ont compris aussi que la beauté du site devait être partagée et proposent de faire découvrir les environs de leur ferme et le petit musée comprenant poteries, oiseaux et mammifères empaillés.

                 Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

    Vicente les guide d'abord dans la falaise au milieu de tours impressionnantes de hauteur et de verticalité.  Il leur montre deux grottes, l'une grande comme une église, avec un autel et une pierre diffusant des énergies, l'autre abritant une fontaine inattendue en ce lieu

                                  Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

    Ils vont ensuite visiter l'étable,  bien plus grande que la maison d'habitation et  avec Jaime une petite tour funéraire ronde (chullpa), datant de  l'époque précolombienne,  accrochée à la falaise. Ils passent un moment à discuter avec Jaime du travail d'éleveurs,  Le Trotteur est dans son élément, de leurs conditions de vie. Ils apprennent ainsi qu'ils n’ont pas l'électricité! bien qu'une ligne électrique traverse leur propriété, celle-ci est réservée à l'école qui est un peu plus loin. Ils s'éclairent donc à la bougie... Ils pensent toutefois aux panneaux solaires;  pour l'eau courante c'est celle du ruisseau...Ils cultivent aussi pommes de terre, quinoa, blé, pas de légumes, ils ne poussent pas à cette altitude (4000 m). Le ramassage du lait est effectué par un employé de la petite fromagerie voisine à...moto!

    Le lendemain Vicente leur apporte un échantillon du petit déjeuner local, de la farine de quinoa mélangée avec de la poudre de "cal, alimento de los incas", et du lait...salé. C'est très particulier! Ils auront droit avant de partir de cet endroit idyllique à un sachet de poudre de cal extraite de pierres de la région.

    Encore quelques kilomètres d'Altiplano avec toujours de nombreux troupeaux, un col à 4400 m, ils pénètrent dans une vallée, la route serpente entre des champs en terrasses et ils arrivent à Sicuani,  première ville importante de la région de Cusco. Deux jours très particuliers, car ils apprennent qu'André le père du Trotteur vient de décéder. Grâce à une bonne connexion Wifi ils pourront rester en contact avec la famille au cours de ces deux jours. Ils profitent d'un atelier de serrurerie à proximité pour faire fabriquer une caisse à accrocher sur le porte vélo. La réserve de gasoil et le barbecue à gaz y trouveront leur place.

     

    Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

     

    L'étape suivante ne fait que 20 km. Eh oui! Les sites historiques sont de plus en plus rapprochés au fur et à mesure qu'ils avancent vers Cusco.

    Raqchi est un parc archéologique important, les vestiges Incas comportent le mur central d'un temple d'une hauteur de 12m sur 92 m de long, et 160 quolquas dont 7 ont été restaurés; ces bâtiments circulaires de 8 m de diamètre et 4m de haut servaient au stockage des denrées alimentaires de toute la région de Cusco.

               Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

               Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet   Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

    L'église d'Andahuaylillas (à prononcer sans respirer) est un chef d'œuvre de l'art baroque, à tel point qu'on la nomme « la Chapelle Sixtine des Amériques » (ils sont désolés photos de l’intérieur interdites,  c’est pourtant si beau !!!)

     

    Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

     

    Quelques kilomètres plus loin des murailles barrent la vallée: c'est Rumicolca un ancien aqueduc transformé par les incas en poste de contrôle.

     

    Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

     

    Juste derrière, Pikillacta( village de puces), cité pré-inca caractéristique de la culture Huari composée de plusieurs murs défensifs.

     

    Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

     

    Avant d'arriver à Cusco, la route est déviée dans le village de Sylla. Les villageois célèbrent en musique et avec des danses la fête du corps du Christ. Les costumes sont magnifiques. A l'instar de ce que les Trotteurs avaient vécu à Pucara en Bolivie,  le profane et le religieux sont ici aussi intimement mêlés. La procession circule dans une cacophonie incroyable, musique, klaxons, alarmes se retrouvent mêlés, les oreilles souffrent et les yeux se régalent !!!!  Pour votre confort, la « technicienne » a remixé la bande son.

                       

    L’arrivée dans Cusco se fera sans encombre, le camping en hauteur, semble tranquille, les voilà prêts à faire les réparations sur Casita avant l’arrivée de Paulette et Caty.

     

    Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

     

     

    Du berceau de la civilisation Inca aux portes de la vallée sacrée, du 22 juin au 10 juillet

     

     

     

     

     

     

    « Y el Condor pasa, du 6 au 21 juinAu coeur du pays Inca du 11 juillet au 6 août »

  • Commentaires

    1
    guerrero
    Jeudi 31 Juillet 2014 à 15:28

    Bonjour

    Sincères condoléances et bon courage.

    Merçi pour ces belles photos cela nous permet de rêver dèrrière notre écran.

    Cordialement.

    Denis et Florence

    2
    LACRAMPE JF
    Jeudi 31 Juillet 2014 à 20:53

    Certains endroits ont été victimes  de la publicité et du tourisme arrivé en masse ces 30 dernières années.Je me souviens de textes étudiés en classe  c'était la vie réelle de ces peuples incas. Le tourisme et la vente d'objets ou de vêtements  en laine de lama ou d'alpagas  a amélioré leur vie  rude ; heureusement en poussant un peu plus loin on retrouve un peu d'authenticité et de belles images de ce lac mythique dont le nom faisait rire les enfants.

    Le quinoa est devenue une céréale à la mode possédant d'excellentes qualités nutritives, on a encore des choses à apprendre de ces civilisations pour lesquelles la pachamama était sacrée.

    A bientôt pour des images de Cuzco dont les espagnols ont emporté tout l'or qui recouvrait bon nombre d'édifices

    3
    odile
    Dimanche 3 Août 2014 à 00:49
    C est tres bien resume
    dommage c est la fin de notre bonne entente
    ce soir nous sommes au bord de la mer a san juan de marcona ou nous avons vu beaucoup de pelicans et demain on va voir des pingoins bises odile
    4
    antton
    Mardi 5 Août 2014 à 11:46

    Que de beauté à partager le lac titikaka un rêve......j adore les couleurs les vêtements et l esprit de ces peuples

    qui me rappellent le Guatémala    Bravo pour les bonnets authentiques qui  vous vont si bien !!!!!

    la suite attendue après Cusco     Bises

    5
    amis odile richard
    Mercredi 6 Août 2014 à 07:57

    votre reportage nous rappelle de bons souvenirs , l'église ,où on ne peut pas prendre de photos à l'intérieur , était superbe , nous confirmons !!

     

    même impression de lac touristique pour le lac Titicaca mais c'est tellement extraordinaire de se trouver la , on en a rêvé ,à l'école, de ce lac.

     

     

    bravo pour les vidéos.

     

    attendons Cuzco (ne pas oublier d'aller au marché san pedro ).

     

    bonne continuation

     

     

     

    6
    michèle
    Jeudi 7 Août 2014 à 23:04

    On se régale toujours avec vos photos et vidéos magnifiques . Je vois que l'Amérique du Sud a bien compris comment elle pouvait profiter du tourisme , c'est sans doute pour beaucoup un revenu appréciable . Mais c'est vrai que l'authenticité doit en souffrir , comme dans de nombreux endroits maintenant.

    A bientôt !

    7
    Alain et Monique
    Mercredi 13 Août 2014 à 09:40

    Entre les vacances, la naissance de notre  petite Lucie ( tout va bien ) j'ai pris du retard  et c'est seulement aujourd'hui que je prends le temps de lire vos sublimes commentaires. Je vois que le tourisme de masse fait école, dommage. Bonne continuation et à bientôt.

    8
    jolette63
    Mercredi 13 Août 2014 à 19:26

    De retour de vacances, nous voici replongés dans la lecture de vos passionnantes aventures si bien narrées et imagées ! Mais nous apprenons aussi la mauvaise nouvelle. Toutes nos condoléances et bon courage.

    Bises

    Les Auvergnats

    9
    Les Bagnérais
    Dimanche 24 Août 2014 à 19:00

    Nous avons aimé les maisons des îles en roseau - la tradition des bonnets et pompons mais comment font-ils quand il y a du vent? - Içi ce serait plutôt amusant - Les décors sont toujours aussi époustoufflants - A très bientôt

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :