• Le Pantanal, du 3 Avril au 10 Avril

    Le Brésil est le pays le plus vaste d'Amérique Latine...

    Le Brésil est le pays le plus vaste d'Amérique Latine, le cinquième du monde par sa superficie et sa population. Les distances y sont démesurées,  aussi les Trotteurs ont rapidement renoncé à monter jusqu'à Salvador de Bahia, malgré tout l'attrait de cette ville coloniale,  peut-être un jour...

    Ils mettent donc le cap sur le Pantanal fin de la boucle brésilienne.

    Le Pantanal c'est un immense jardin grand comme la moitié de la France et qui compte 3500 espèces végétales, 650 espèces d'oiseaux, 130 de mammifères, 180 de reptiles, 320 de poissons, et 100 variétés de papillons.

    Mais pour découvrir cela il faut avaler quelques 1600 km...

    Ils passeront d'abord par Belo Horizonte où un passage chez Ford est nécessaire, pour trouver l'origine d'un bruit inhabituel à l'avant gauche de Casita. Ce ne fut pas simple car la capitale du Minas Gerais compte 2, 4 millions d'habitants. C'est une ville dynamique et moderne pour ce qu'ils purent en apercevoir.

     

     Le deuxième garage Ford fut le bon, plusieurs dizaines de Transit garés les rassurent, c'est la bonne adresse, que Miss Garmin voyait ailleurs!

    Sitôt la pause déjeuner terminée,  la cause du bruit intempestif est décelée: usure d'une cale de blocage de l'étrier de frein. Cette intervention d'une bonne demi-heure sera offerte gracieusement par le garage.

    Après une nuit presque calme dans une immense station-service, les paysages changent: d'abord des petites plantations de café dans une zone montagneuse qui offre des vues magnifiques, puis des champs immenses. Après le café, la canne à sucre,  puis des forêts d'eucalyptus elles aussi immenses.

                    

    En sortant d'Uberlandia ils sont arrêtés par un couple, désireux d'en savoir plus sur ces curieux visiteurs.

    Les Brésiliens sont à l'image de leurs voisins,  très accueillants, avec toujours un geste de bienvenue ou des félicitations.

    A Prata, petite bourgade de 20000 habitants ils trouvent un bivouac sécurisé par un cadenas! dans la cour de l'établissement multi services du fils de Necilda avec laquelle ils bavarderont un bon moment.

    La soirée se poursuivra en terrasse en compagnie d'Agata qui leur fera écouter ses préférences musicales, notamment une version brésilienne  « d’Aline » de Christophe. Pour info une des vedettes du moment est Roberto Carlos...non pas l'ancien joueur du Réal!

                                       

    Les Trotteurs repartent de chez Necilda avec avocats, citrons et bananes...

    La campagne est maintenant plus plate, des champs de canne à sucre à perte de vue alternent, sous une chaleur accablante comme les jours précédents,  avec des herbages peuplés de troupeaux de bovins. Les palmiers y mettent une touche exotique qui leur rappelle qu'ils naviguent entre l'équateur et le tropique du Capricorne. Et comme chaque jour, après une matinée ensoleillée, le ciel se couvre à la mi-journée,  et en fin d'après-midi il déverse des averses tropicales, de  courte durée,  mais très violentes.

                                       

                                       

    En toute innocence, ils font halte à Inocencia... Surprise,  c'est jour de fiesta: anniversaire de la fondation de la ville et fête " do peao"(le gaucho brésilien). Alors qu'en Argentine ces célébrations paraissent respecter scrupuleusement la tradition, celle à laquelle il leur sera donné d'assister à Inocencia leur parut polluée par un flot de décibels délivré par des voitures tunées et des panneaux d'enceintes surdimensionnées.

     

     

    Dans cette cacophonie les peaos en tenue traditionnelle déambulent, juchés sur leur cheval voire sur une vache!  Autre surprise, des fumeurs de chicha, peut-être  des descendants d'immigrants de Syrie ou du Liban, appelés Turcs.

                     

    Curieux, les Trotteurs se dirigent en début de soirée vers un attroupement. Il s'agit de l'entrée dans le périmètre de la fête où se déroule un rodéo.

     

     

    Là encore de la musique, pas du tout traditionnelle, un  animateur hurlant dans son micro, tel un commentateur d'un match de la seleçao, des spots publicitaires, seul moment de relatif silence,  la présentation à chacun des participants d'une icône de la Vierge, et l’apparition sur les écrans de plusieurs versions du visage du Christ.

    Un joli feu d'artifice, tiré dans l'enceinte du spectacle, précède le rodéo effectué sur des taureaux et sur quelques chevaux. Les Trotteurs ont trouvé plus spectaculaire la Doma vue en Argentine, peut-être parce que plus authentique. A se demander si les animaux n'exécutent pas aussi leur show, tellement ils deviennent placides une fois débarrassés de leur "partenaire".

           

    De retour dans Casita ils échangent quelques mots avec Paulo Correa, député à l'assemblée législative du Mato Grosso Do Sul, qui leur vante les beautés du Pantanal; normal!  c'est le président de la commission du tourisme.

    La porte du Pantanal ils l'ouvriront à Miranda. La chaleur y est encore plus forte, proche de 40º.

    Dans une pousada/agence touristique ils réservent une visite dans la fazenda San Francisco à 30 kms de Miranda.

     

     

    Bien qu'ils y voient de nombreux oiseaux et animaux ils sont un peu déçus par le l'esprit d'usine à touristes de l'endroit. Les visiteurs sont baladés dans un camion sur les chemins de la propriété avec des arrêts à chaque fois qu'un animal est visible.  Pour le commentaire c'est uniquement en portugais, et la guide ne se préoccupera pas des deux français du groupe. Ils identifient toutefois certaines espèces : des émus,  les jacarés (crocodiles dont ils ne savent pas s'ils se mangent), les capivaras (qui ne se mangent pas),  et surtout l'oiseau emblématique du Pantanal, le Tuiuiu avec son col rouge.

     

     

    Avant le déjeuner la Trotteuse s'accorde un somme réparateur, elle est prête à se convertir à la religion du hamac.

     

     

    L'après-midi même exercice cette fois en bateau sur le rio,  avec toujours un commentaire en portugais. Quelques singes se laissent entrevoir à la cime des arbres, un aigle pêcheur attend qu'un poisson veuille bien apparaître, tout comme le martin pêcheur. Après une courte navigation, arrêt pour une pause...pêche. Le Trotteur n'est pas plus heureux qu'à son habitude, nada!  Deux pirhanas seront tout de même ferrés. Sur le chemin du retour voici que plusieurs jacarés se hâtent vers le bateau.  Eh oui, les poissons c'était pour eux! Apparemment ils ont pris l'habitude de venir prendre leur goûter. Quelques instants plus tard, c'est à l'aigle pêcheur d'être convoqué pour sa collation, ça sent un peu le cirque!!A la fin de la visite c'est aux touristes d'avoir droit à leur collation, que viennent partager des perroquets effrontés.

     

     

    Et pour clore la journée on refusera aux Trotteurs le stationnement pour la nuit.

    Mais que les lecteurs se rassurent ils trouveront un endroit sécurisé sur le parking de la police de la route.

    Pour ne pas rester sur cette impression mitigée, ils rejoignent le Passo do Lontra, un hôtel/camping situé sur l'estrada parque,  une route en terre de 130 kms qui permet de pénétrer un peu plus dans la zone humide.

    Après quelques jolis petits ponts de bois, ils découvrent un endroit idyllique,  à un détail près.

     

     

    Imaginez une forêt tropicale, emplie de cris d'oiseaux et des râles des singes hurleurs, des marécages parsemés de fleurs violettes où seuls les yeux de jacarés endormis émergent, et au milieu, sur des pilotis reliés par des passerelles, des chalets. Au pied de ceux-ci différentes espèces d'oiseaux déambulent sans se préoccuper de ce qui se passe au-dessus. A quelques mètres le flot du rio Miranda charrie des massifs de jacinthes d'eau.

     Et le détail?   Direz-vous. C'est peut être un détail pour vous, mais pas pour la Trotteuse.

    En fait l'espèce la plus répandue dans le Pantanal est le moustique! Et celui-ci est du genre vorace, qui n'a de cesse que de goûter toutes les parties comestibles du touriste, qu’elles soient ou non couvertes. La Trotteuse estime le nombre de raids qu'elle a subis à près de quatre-vingt! !

    En fin d'après-midi ils font une ballade en barque sur le rio Miranda avec un accompagnateur parlant anglais, c'est déjà mieux. Singes hurleurs, martin pêcheurs, hérons blancs, hérons tigres etc... apparaîtront au détour des méandres de la rivière.

    Après une pause baignade avec un jacaré, retour pour admirer depuis le milieu de la rivière un superbe coucher de soleil.

     

     

     

     

     

    Le pantanal en vidéo, c’est ici

       

    Leur dernière journée au Brésil sera encore très chaude, ils continueront à égrener le solde des 71 jolis ponts de bois au pied desquels se prélassent des jacarés, qui se laissent couler au fond de leur marigot dès qu'ils entendent le crépitement du Nikon. Les toucans ne l'attendent même pas, ils filent hors d'atteinte de l'objectif dépité.

                                   

    Casita a droit à un bac pour elle seule pour la traversée du rio Paraguay.

     

     

    Quelques kms de piste et c'est la frontière Bolivienne et l'Altiplano pour prochain objectif.

     

     

     

     

    « La ruée vers l'or, du 26 Mars au 2 AvrilPremiers pas en Bolivie du 11 au 21 Avril »

  • Commentaires

    1
    lacrampe
    Samedi 26 Avril 2014 à 09:54

    de très beaux paysages et une nature exubérante mais  alors les bains dans la rivière avec les "jacarés"  ça impossible à imaginer même s'ils sont inoffensifs!


    A bientôt en Bolivie.


    les retraités d'Aureilhan

    2
    Dimanche 27 Avril 2014 à 22:49

    Bonsoir mes chers.

    Je suis en train de lire tous les textes de voyage et ça me plaît beaucoup.

    Pour le Pantanal j'ai une bonne nouvelle. Une copine suisse allemande est dans le tourisme là-bas et oui... elle parle le français. Elle s'appelle Mirjam et est proprietaire du Pantanal Ranch Meia Lua , tél. 0055 (67) 9686-9064 (Brésil) www.pantanalranchmeialua.com

    Je l'ai connu lors de ma première visite de l'Amérique latine et depuis on est restée en contact.

    Je vous souhaite plain de bonnes rencontres.

    A la prochaine

    Daniela 

     

    3
    Alain et Monique
    Jeudi 1er Mai 2014 à 18:28

     On ne se lasse pas de vous lire et d'admirer les belles images  qui accompagnent vos commentaires. Merci de continuer à nous faire virtuellement voyager avec vous. Alain

    4
    antton
    Vendredi 2 Mai 2014 à 18:04

    toujours du plaisir à visiter avec vous et à voir les photos des régions que vous traversez j admire la trotteuse

    qui se baigne avec les jacaré quel courage !!!!!!bonne continuation on attends la Bolivie   Bises

    5
    odile Blois
    Lundi 5 Mai 2014 à 16:37

    Ça commence à ressembler aux bayous de Louisiane; mais on ne nous a pas recommandé de tenter un bain avec las alligators!

    Les moustiques on a testé aussi!

    On attend la suite avec impatience

    Bonne "continuation"

    bises

    6
    les Bagnérais
    Mercredi 7 Mai 2014 à 16:25

    Amusant de vous voir poser des vacances pendant vos vacances - Nous nous imaginons à Ouro Preto dans la même ambiance - C'est là qu'un bol d'air à pied fait du bien et permet d'apprécier toutes ces beautés - Les paysages sont toujours aussi merveilleux mais chaleur - frayeur et moustiques...le menu n'est pas mal - Nous admirons votre baignade souriante avec un bon copain et aussi ce magnifique coucher de soleil - Içi - beau temps au Pays de Galles pour Pâques - Un peu beaucoup de jardinage avant un périple en Bourgogne - Bien amicalement

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :