• Marathon en famille du 4 au 23 février 2015

    Mercredi 17h40, l'avion de Paris.....

    Pour voir le chemin

     

    Mercredi 17h40, l'avion de Paris est à l'heure. Quelle joie pour les Trotteurs de retrouver une partie de la famille.

     
                                                            
    Le programme est chargé, il s'agit de rallier Mexico en trois semaines en visitant les sites majeurs des civilisations préhispaniques du Sud du Mexique.
    Mais pour commencer, et pour faire oublier aux arrivants la neige de Cornebarrieu, une sortie snorkeling sur la barrière de corail, la deuxième du monde, à Puerto Morelos.

                                        

    Tout le monde se régale de la beauté des fonds marins, poissons multicolores, multiples espèces de coraux et même une tortue qu'apercevront Clémentine et Christine. Même la Trotteuse vaincra son appréhension et mettra la tête sous l'eau.
    Puis direction Chichen Itza leur premier site Maya. Mais avant un détour par la zone hôtelière de Cancun, la couleur de la mer des Caraïbes est incomparable, même si les hôtels ont envahi toute la côte. 

                                        

    A Chichen Itza ils assistent au spectacle son et lumière,

                                       
    et le lendemain une visite guidée les plonge dans l'histoire des Mayas et leur culture complexe et variée. Clémentine et Faustine, très attentives, dessinent les pyramides et les détails des sculptures particulièrement riches, de vrais archéologues en herbe. Heureusement qu'ils ont commencé tôt leur visite car le site se remplit rapidement de touristes et de vendeurs de souvenirs se prenant pour des jaguars...

                                       

                                         
     
     Après la visite un petit plouf dans un cenote: il y en a des centaines dans le Yucatan, reliés par un réseau de rivières souterraines 50 m de profondeur pour celui-ci!


    La route est longue pour rejoindre le prochain site…qu’importe Casita est transformée en atelier créatif…


    La fin du voyage est difficile, petite route de nuit qui serpente entre les collines, normal ils approchent d’Uxmal dans la région des Puuc (petite colline en maya).

    Uxmal est déjà moins fréquenté par les touristes et les vendeurs. Ce site est considéré comme celui qui incarne le mieux l’esprit maya. La partie centrale est ceinte d’une vaste muraille de 3,5 km de long et 1,70 de haut. Le dieu Chaac trône au milieu d’une frise de 100 mètres de long, constituée de plus de 20000 panneaux indépendants. Ils graviront un certain nombre de marches…de la Grande Pyramide.

                                

                               

    Encore beaucoup de kilomètres sous la chaleur qui n’altèreront pas la bonne humeur et en récompense un beau coucher de soleil.

                                                                

    Campeche les séduira par ses couleurs, la tranquillité de sa place centrale, ses joueurs de loto aux cartes colorées, ses jolies maisons, ses fortifications. Un endroit où il ferait bon vivre, même s'il y fait très chaud paraît-il.

                                             

                                  
    Pour aller à Calakmul il faut s'enfoncer de 60 km dans une jungle impénétrable. Cette distance rebute nombre de touristes, le site est très tranquille. Les pyramides sont noyées dans la végétation et n'apparaissent qu'au dernier moment, certaines sont très raides, mais la vue sur la jungle vaut vraiment le coup. Ils y verront quelques singes araignées bondissant de branche en branche, mais point de toucan, et pour le jaguar à vous de deviner…

                                 

                                  

    Palenque: le camping est situé en lisière de forêt. Tôt le matin les singes hurleurs se font entendre. Une visite guidée avec Jeronimo, à travers les édifices construits par le roi Palak et ses fils, leur permet d'apprécier encore une fois le raffinement de la civilisation Maya. Seulement 5% du site ont été extirpés de la végétation. La visite est complétée par un tour au musée où la tombe monumentale du roi Palak a été reconstituée.

                                 

                                   

    Le lendemain, toujours avec Jeronimo, une petite balade dans la forêt où sont enfouis des temples: il leur montre des plantes médicinales, leur fait goûter des termites... Le toucan chante à la cime des arbres mais reste invisible, les singes hurleurs sont au rendez-vous.

     

                                                     

                             
     
    Pour rejoindre San Cristobal de las Casas, il faut traverser les montagnes du Chiapas cheres au sous commandant Marcos. Plusieurs "barrages" de ficelles tendues par des fillettes qui réclament argent ou cadeaux, et le dernier auquel participent les mères qui entendent leur faire payer un péage...Mais les trotteurs sont têtus, ils ne paieront pas. Ils apprendront que d''autres français en véhicule américain, furent obligés d'acquitter un péage sous la contrainte d'une foule plus importante les prenant pour des gringos fortunés.
    Cette traversée ponctuée d'innombrables dos d'âne leur laissera donc une impression mitigée, d'autant qu'à l'arrivée à San Christobal de las Casas, un policier municipal les arrête pour leur signifier que 5 jours avant ils avaient accroché un véhicule dans une rue de la ville. L'accusation leur paraît tellement incongrue, ils étaient à plus de 600kms de là, qu'ils en éclatent presque de rire. Le cahier de Faustine scrupuleusement tenu à jour et comportant un billet d'entrée dans un musée acheté le jour incriminé convaincra le policier de sa méprise, pourtant il était sûr de son fait, il ne passe pas de camping-cars comme celui des Trotteurs dans San Christobal. Sauf qu'au camping de la ville il y en avait plusieurs...
    San Cristobal de las Casas est une charmante ville portant le nom de l'évêque compagnon de Christophe Colomb. Des rues colorées, un marché typique, des étals de bijoux d'ambre spécialité de la région, des femmes en tenues traditionnelles, certaines confectionnées avec de la laine brute cousue sur leur jupe.

                                   

                                         

                                       

             



    De San Christobal à Santa Cruz, sur la côte Pacifique, 500 km les attendent, qu'ils décident de faire d'une traite. La chaleur s'est invitée pour cette longue étape. Les trois chauffeurs se relayent sur des routes en bon état, seul un fort vent latéral du côté de la Ventosa et de ses immenses parcs d'éoliennes les forcera à réduire l'allure. Les petites toulousaines s'occupent à écrire le récit de leurs vacances mexicaines, à dessiner, à faire d'interminables parties d'UNO ou de petits chevaux et transformer Casita en karaoké.

    pour voir le karaoké


    En fin d'après-midi, ils rejoignent Laurence, Jérôme et Hugo, (rencontrés au Costa Rica), sur un parking public ombragé de cocotiers, uniquement habité par les écureuils, les iguanes, plusieurs espèces d'oiseaux, et situé à 100 m d'une plage magnifique bordée d'hôtels pour une fois bien intégrés au cadre naturel. Une journée de détente bien agréable.

                                


    La route pour rejoindre Oaxaca qui passe par la montagne est très sinueuse, mais les conducteurs s'appliquent à ne pas trop chahuter leurs passagères.
    Oaxaca (prononcer Oaraca), est une grande ville elle aussi colorée, avec ses inévitables églises.
     

                                                            

    Une des spécialités est le chocolat, utilisé notamment pour la fabrication du mole une sauce déclinée en plusieurs préparations et qui compte pas moins d'une quarantaine d'ingrédients. A Oaxaca ils prennent conscience de l'effervescence de la vie sociale et politique du Mexique. Le Zocalo (nom des places centrales au Mexique) est occupé par une centaine de tentes surmontées de banderoles protestant notamment contre la disparition de 43 étudiants dans l'état du Guerrero au mois de septembre 2014.


    Cette affaire met en ébullition une partie du pays car diverses hypothèses circulent, certains pensant que c'est un coup monté contre les hommes politiques au pouvoir dans l'état de Guerrero pour les déstabiliser et qu'il n'y a jamais eu de massacre. Garés près d’un grand marché, ils déguerpissent car à proximité des manifestants sont pourchassés par la police, ce sera bivouac sur le parking d’une grande surface à deux pas de Monte Alban.
    Le site de Monte Alban impressionne par son étendue au sommet d'une colline dominant la région. La ville connut son apogée vers 500 de notre ère sous la domination des Zapotèques, on y a découvert de nombreuses tombes contenant de multiples offrandes.

                               


                                                           


                                                   

    La route vers Puebla traverse des montagnes hérissées de cactus cierges, cactus candélabres, figuiers de barbarie.

                                                   
    A Puebla ils stationnent sur un parking, gardé en permanence par la police, le palais du gouvernement de l'état se trouvant à proximité, dominant la ville, jouissant ainsi d’une belle vue sur des milliers de petites lumières.


    Balade dans le centre historique, où une fois de plus ils peuvent se régaler de l'architecture coloniale, avec ici une particularité les façades des maisons sont recouvertes de céramiques, les talaveras. Les céramiques de Tavelaras sont introduites au Mexique vers 1550 par les artisans espagnols. A l'origine elles sont bleu et blanc, mais les potiers mexicains y ajouteront leur touche inspirés de la renaissance italienne. Dans le marché artisanal ils retrouveront les poteries leur rappelant et par leur forme et par leur couleur celles qu'on peut aussi acheter en Espagne. La cathédrale, deuxième du pays par sa taille, avec sa façade sévère domine la place. L'intérieur, photo interdite, le maître autel ressemble à un temple romain en miniature. Mais ne pensez pas qu'ils rencontreront qu'une cathédrale ce sont des églises à chaque coins de rue, et sur le parvis de l'une d'elle, ils entendront un medley des Beatles. Ils flâneront dans le quartier des artistes, mais aucune œuvre n’attirera leur œil.

                                                        

                                   


    Mexico n'est pas très loin, il faut cette fois surveiller la montre, une arrivée de nuit est in envisageable.
    Ils se sont débrouillés comme des chefs pilote et co pilotes, le bivouac atteint du premier coup. La France est bien représentée dans le camping, sont-ils réellement à 50 kilomètres de Mexico, ou dans un village de France?


    Le lendemain ils prennent le bus pour Mexico où un programme chargé les attend, visite du musée d'anthropologie, et rencontre de l’homonyme du Trotteur. Après le bus, le métro, ils découvrent le Bosque de Chapultepec où les chilangos, nom péjoratif donné aux habitants de Mexico, aiment venir se promener en famille. Des baraques, au milieu de l'allée où sont proposés, maquillage pour les enfants, tatouage, glaces, barbe à papa rose bleue, dans un brouhaha indescriptible, une odeur de friture enveloppant le tout, les obligent à zigzaguer en veillant bien à ne pas se perdre tant la foule est dense. Ici les enfants sont tenus en laisse par mesure de sécurité, c'est dire.

                        Bosque Chapultepec             Bosque Chapultepec         Bosque Chapultepec

    Enfin au bout, le musée. Un immense patio avec un pilier unique pour soutenir le toit-parapluie accueille les visiteurs, les salles donnant sur cet espace.


    La visite commence par la présentation du peuplement des Amériques, mais que fait Lascaux ici ?


    puis s'ensuivent les salles des diverses cultures, pour en voir plus….la galerie photos Cliquer pour en voir plus

                                   

                                                
                   
    Après avoir passé 4 heures à arpenter les salles silencieuses, ils replongent dans la ville toujours aussi bruyante. Ils ont rendez-vous dans le quartier Coyoacan avec Mariangela Reulet dont les grands parents sont originaires des environs de Montréjeau. Ils vont passer une superbe soirée, discutant comme de vieilles connaissances. Le quartier de Coyoacan est celui de Frida Kahlo où elle naquit, vécu avec Riviera, puis mourut en 1954. C'est dans un restaurant de la charmante place Hidalgo qu’ils vont poursuivre la soirée, dégustant différentes sortes de mezcal. Superbe moment.

                              
                               Maria Angela et sa nièce Daniela
    Le lendemain les voilà à nouveau dans le métro direction El Zocalo, deuxième place du monde par sa taille, autour de laquelle s'articule la cathédrale Métropolitaine, le palais du gouvernement de district fédéral, les ruines de Tenochtitlan capitale de l'empire aztèque.

                                                         Christ dans la Cathédrale Metropolitane

    Empruntant rue 5 de Mayo, pour remonter vers la Alameda, que de monde, tous les magasins sont ouverts même un dimanche, spectacles de rue, joueurs d'orgue de barbarie,



    ils passent devant le palais des Beaux Arts en marbre blanc,


    poussent jusqu'à la place Santa Veracruz. Après un moment de répit, loin du tintamarre, juste le temps de contenter les estomacs dans le parc ombragé de la Alameda, ils reprennent la balade. Passant devant la superbe poste, ils atteignent le Palais National le deuxième point d'intérêt touristique de Mexico : les peintures murales de Diego Rivera retraçant l'histoire du Mexique. La taille de l'œuvre occupant la cage de l'escalier et tout un côté de la galerie du premier étage impressionne. Un guide aurait été nécessaire pour décrypter l'ensemble tant il foisonne de personnages et de scènes historiques.

                                                            

    Le lendemain un court trajet en taxi les mène au site de Teotihuacan. Le site est immense, heureusement que leur guide les transporte en voiture d'une zone à l’autre.

    Allée de los Muertos


    A son apogée la ville comptait 200 000 habitants, mais on ignore quel groupe ethnique l'habitait de 100 av. JC à 600 AP. JC ; il fut abandonné définitivement vers 750.
    Le palais des jaguars contient des peintures en état de conservation remarquable. Il a été reconstruit avec les matériaux trouvés sur place et des pierres sculptées des motifs originaux.

                                                           

    Le temple de Quetzalcoatl est décoré de 365 têtes de serpent et on a découvert 126 individus enterrés à proximité, probablement sacrifiés...

                                   

    Mais ce qui fait la renommée du site ce sont ses deux grandes pyramides, de la lune, haute de 45 m, et du soleil haute de 65 m. Les aztèques, quand ils les découvrirent, attribuèrent leur construction aux dieux.

             

    Cette visite est le point d'arrivée du marathon familial. Les 6 concurrents sont arrivés dans les temps impartis. Aucun n'a connu de défaillance, les poussines devançant souvent les seniors et les vétérans en haut des pyramides. Tous les points de contrôle ont été respectés, au prix parfois d'arrivées de nuit à l'étape, mais toujours dans la bonne humeur.
    Les Trotteurs se sont régalés de pouvoir faire partager un moment de leur voyage. Clémentine et Faustine ont été exemplaires malgré les réveils matinaux, certaines longues étapes, les visites en espagnol, la cuisine épicée mexicaine...
    Un regret le temps a passé trop vite, pour découvrir plus en profondeur les trésors du Yucatan, là encore ils se disent qu’ils vont être obligés de revenir....

     

    [Retour haut de page]

     

     

    « La riviera Maya du 21 janvier au 4 février 2015Vague anticléricale dans les années 20, effet papillon: des saints en perdent la tête... du 24 février au15 mars 2015 »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    José
    Mercredi 4 Mars 2015 à 00:33

    Merci à vous deux.

    Un bon moment que ce trop court séjour au Mexique.

    Sans doute un bon moment pour vous aussi pour l'avoir partagé en famille.

    2
    Amitiés
    Vendredi 6 Mars 2015 à 09:51

     

    De belles photos qui me donnent envie de visiter le Mexique. De plus, des voyageuses super intéressants. Continuez à nous faire rêver.

    3
    journaliste amateur
    Samedi 7 Mars 2015 à 20:41

    Le mexique est magnifique surtout lorsqu'on le visite en famille . Il n'y a rien de mieux que le regard d'un enfant pour nous  ouvrir les yeux sur un monde différent de celui auquel on est habitué. Il y a eu en 2014 à paris une exposition sur la civilisation maya mais bien sur ce n'était qu'une goutte d'eau par rapport à ce que vous avez visité

    bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :