• Pluie, culture, rencontre chaleureuse...du 13 au 24 Février 2014

    Pour le passage de la frontière Argentine/Chili, un de plus

    Pour le passage de la frontière Argentine/Chili, un de plus, les formalités sont fusionnées, mais cela ne veut pas dire que c'est plus cool. Les Trotteurs découvrent que dans ce sens aussi, il est interdit de passer des produits frais, alors qu'ils ont rempli consciencieusement leur frigo en prévision d'une virée au pied de l'Aconcagua. Par chance ils tombent sur un douanier particulièrement francophile. Il ne s'adresse à eux qu'en français, et quand ils lui avouent que leur frigo est plein, il les laisse gentiment partir en leur souhaitant bon voyage.

    De ce côté-ci des Andes, la descente, même si elle est plus douce, n'en est pas moins belle.

    Une courte pause au pont de l'Inca permettra d'admirer les dépôts de fer et de souffre laissés par les eaux thermales exploitées jusqu'en 1965. Une ligne de chemin de fer transandine passait par là et déposait les curistes devant l'hôtel, aujourd'hui à demi enfoui sous les concrétions.

                 Pluie, culture, rencontre chaleureuse   Pluie, culture, rencontre chaleureuse   Pluie, culture, rencontre chaleureuse

    Maintenant qu'ils sont en Argentine, la quête du gaz peut se poursuivre, mais hélas l'employé de l'usine de gaz de Rio Gallegos leur a "refilé" une bouteille non conforme.  A la station-service d'Uspallata on leur refuse de faire l'échange. Il ne leur reste plus qu'à pousser jusqu'à Mendoza, qu'ils voulaient justement éviter.  Sauf que la pluie s'est mise à tomber dru. A l'office du tourisme on les informe que les pistes en terre et ripio sont déjà fortement déconseillées. Sagement le lendemain ils prennent la route asphaltée,  fort belle d'ailleurs. Après  une rapide incursion dans Mendoza, et une recherche internet non moins rapide ils dénichent une entreprise susceptible de leur vendre une nouvelle bouteille.  La chance est avec eux, l'employé ferme les yeux sur cette satanée bouteille et leur en fournit une...au prix subventionné (1 €70 les 10 kgs).

    Ils ne s'attardent pas à Mendoza et sous la pluie ils prennent la ruta 40 pour remonter vers le Nord où ils comptent visiter des parcs un peu éloignés de la Cordillère,  et peut être des intempéries. La traversée d'une zone de lagunes commençant à envahir la route ne les rassure pas outre mesure. Des hameaux de maisons en adobe ont déjà «  les pieds » dans l'eau. C’est la misère tout le long de cette route, accentuée par la pluie qui ne cesse de tomber.

     

    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

     

    Ils arrivent à San Juan,  où ils apprennent que les parcs sont fermés car les pistes y sont inondées. Ils passent une nuit tranquille dans une station-service, même s'il pleut sans discontinuer. Le matin la radio locale diffuse des appels à la solidarité pour aider 1100 personnes évacuées dans les environs de San Juan.  Plus de 50 maisons en adobe se sont effondrées.  Ce phénomène pluvieux est exceptionnel,  70% de la pluviométrie annuelle (100mm) est tombée en 24h.  Après un détour par l'office du tourisme pour s'enquérir de l'état du réseau routier, et avoir déposé un sac de vêtements à la municipalité de Santa Lucia, ils reprennent en fin d'après-midi la ruta 40 vers le nord. Mais impossible de sortir de la ville: des sinistrés mécontents bloquent la route. Un crochet d'une dizaine de kms leur permettra de retrouver la route du Nord en direction de San José de Jachal. Celle-ci a été nettoyée de la terre déposée dans les multiples gués qui canalisent l'eau ruisselant dans les torrents, habituellement à sec, de cette zone désertique.

     De San José de Jachal, une jolie route, qui emprunte un tunnel dans lequel Casita arrivera à se faufiler, conduit à un belvédère qui offre une vue splendide.

                                       Pluie, culture, rencontre chaleureuse     Pluie, culture, rencontre chaleureuse

                                       Pluie, culture, rencontre chaleureuse     Pluie, culture, rencontre chaleureuse

     Vite, la table est installée pour le pique-nique, pas longtemps seuls, un groupe arrive avec une batterie d'appareils photo. Puis 4 touristes Français,  et cerise sur le gâteau, une petite chorale locale vient rendre hommage au lieu et au compositeur qui l'a célébré dans ses chansons gauchos. Séquence émotion pour tous ceux qui ont vécu ce moment improbable, au point que le groupe avec les appareils photo,  qui est en fait une équipe de tournage d'une télévision culturelle de B.A, met en boite ce concert inattendu.

                Pluie, culture, rencontre chaleureuse    Pluie, culture, rencontre chaleureuse   Pluie, culture, rencontre chaleureuse

     La route vers le parc national Talampaya est de toute beauté. La nature dévoile aux Trotteurs des couleurs à faire pâlir la palette d'un peintre de Saint Jean de l'Union.

                Pluie, culture, rencontre chaleureuse    Pluie, culture, rencontre chaleureuse   Pluie, culture, rencontre chaleureuse

    Le parc n'a rouvert qu'en milieu de journée, et l'état du lit du rio Talampaya ne permet pas de le parcourir en VTT. Peu disposés à utiliser le "transport collectif", semblable à ceux des parcs africains, les Trotteurs optent pour une double randonnée le lendemain, ils commencent à avoir des fourmis dans les jambes. Le soir ce sera un magnifique coucher de soleil, comme cadeau de bienvenue.

     

    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

     

    La ballade commencera par le canyon Edouardo, nom de l’éleveur qui y menait ses troupeaux. Des parois flamboyantes, sculptées par l‘érosion, de part et d’autre du rio qui garde encore les traces de la pluie des jours derniers. Chacun peut faire fonctionner son imagination dans ce dédale de formes, la Trotteuse se régale. La génération « spontanée » celle d’après les jours de pluie, commence à sortir, elle recouvre finement les parois telle un duvet. Le sentier  monte, descend à travers ce chaos lunaire, des cactus et différentes variétés d’algarrobos poussent sur le sol sablonneux.

                 Pluie, culture, rencontre chaleureuse    Pluie, culture, rencontre chaleureuse   Pluie, culture, rencontre chaleureuse

                 Pluie, culture, rencontre chaleureuse        Pluie, culture, rencontre chaleureuse          Pluie, culture, rencontre chaleureuse

                 Pluie, culture, rencontre chaleureuse   Pluie, culture, rencontre chaleureuse   Pluie, culture, rencontre chaleureuse

    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

                   

    Le deuxième canyon, le canyon principal est bien différent. Les parois, d’une hauteur de 110 mètres, sont verticales, son fond est plat et large, il renferme quelques pétroglyphes.

                 Pluie, culture, rencontre chaleureuse         Pluie, culture, rencontre chaleureuse         Pluie, culture, rencontre chaleureuse

                 Pluie, culture, rencontre chaleureuse          Pluie, culture, rencontre chaleureuse         Pluie, culture, rencontre chaleureuse

    Cette balade leur fera penser à l’Algérie, et à Pétra.

    Ils partent pour la Vallée de la Lune distante seulement de 80 kms. Le soleil brille de sorte que les couleurs sont encore plus belles que la veille. Ils ont à peine parcourus 40 kms le ciel est noir, la pluie commence à tomber. C’est étrange, c’est à peine si les cactus, bien hauts, sont visibles dans cette brume. Sur les hauteurs des collines, tels des centurions, ils sont bien alignés.

                Pluie, culture, rencontre chaleureuse    Pluie, culture, rencontre chaleureuse    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

     

    La pluie se fait de plus en plus violente, des conditions qui ne vont certainement pas favoriser la réouverture de la Vallée. Les gués encore traversés par des ruisseaux boueux, les convainquent de rebrousser chemin, et de filer vers Cordoba. Ce n’est que désolation, boue sur les bas-côtés, chemins impraticables, « zone désertique » remplie d’eau, véhicule dans le torrent…

    Le lendemain, la pluie ne semble pas être au menu…Ils traversent la campagne profonde. Tout le long de la route des pylônes électriques « coiffés » par un gros nid « mais quel est donc cet oiseau qui fait de si gros nids »  se disent-ils ? Tout simplement la perruche, ils auront l’occasion à l’heure du déjeuner de bien les observer sur une aire de repos d’où ils seront chassés par les mouches !!!

                                    Pluie, culture, rencontre chaleureuse   Pluie, culture, rencontre chaleureuse    

     

    A la sortie d’un village « policia » arrêt : d’où venez-vous pays d’origine, nombre de personnes qui voyagent…et à la fin « plata » Le Trotteur avec le sourire répond non, et le policier ne semble pas lui en vouloir…Chemins faisant, ils progressent à une allure tranquille, la route est asphaltée. Encore « policia » les papiers du conducteur, du véhicule…excès de vitesse le camping-car est considéré comme un camion vitesse maximale 80km/h et non 95 comme celle enregistrée par le radar, eh oui ils ont aussi des radars. Après moultes  palabres, le policier dit au Trotteurs, que parce qu’il est étranger, il ne paie pas, mais dresse quand même le PV, à voir dans quelques mois…

    La pluie continue, cela fait un moment qu’ils roulent et il leur tarde d’arriver à l’étape du côté de Jésus Maria. Mais une inexactitude sur la carte Michelin et l’angoisse d’avoir à affronter une route non asphaltée détrempée les fait tourner en rond sous des trombes d’eau. Enfin ils retrouvent le bon chemin, celui qu’indiquait madame Garmin, et qui s’avère être une magnifique route de montagne, certes encadrée par deux rangées de barbelés. Pour le bivouac ce sera camping, sauf que le gué pour y accéder est barré vu le niveau de l’eau. Un parking au bord d’un terrain municipal fera l’affaire.

    A Jésus Maria ils visitent une des nombreuses estancias que les jésuites ont construites dans la région de Cordoba au 17ème  siècle. Le bâtiment est remarquable, mais photos interdites à l’intérieur, pas de visite guidée du musée, religieux pour l’essentiel, ils restent un peu sur leur faim.

     

    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

     

    Cordoba par contre leur offrira une belle étape culturelle. Le nom de la ville fait référence bien sûr à son homonyme Espagnole, le climat et les églises baroques lui donnent un petit air Ibérique.

                     Pluie, culture, rencontre chaleureuse    Pluie, culture, rencontre chaleureuse    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

    Le musée  Provincial de Bellas Artes présente des œuvres venant du musée MALBA de Buenos Aires, et des toiles de Pat Andrea inspirées d’Alice au pays des Merveilles de Lewis Carroll.

                  Pluie, culture, rencontre chaleureuse    Pluie, culture, rencontre chaleureuse   Pluie, culture, rencontre chaleureuse

    Le musée Evita, logé dans un immeuble cossu est lui aussi très intéressant, une salle est consacrée à l’évocation par Alfonso Carlos des tortures perpétrées sous la dictature des généraux, des toiles leur rappelleront l’Italie (San Gimignano, la place Di Popolo à Rome) et une autre une œuvre de la trotteuse d’après une photo de Benjamin.(photos des tableaux interdites)

      

    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

     

    Pour continuer la visite le lendemain à la « fraîche », les Trotteurs garent Casita dans un parking gardé et s’offrent leur première nuit d’hôtel depuis Zarate (vous vous souvenez ?)…

    Une visite guidée de l’église des Jésuites et de l’université fondée par les mêmes, les ravira. L’ordre, fondé par Ignace de Loyola, avait pour objectif d’évangéliser et d’éduquer les populations des territoires conquis par les monarchies européennes. C’est ainsi que fut fondée l’université de Cordoba où toutes les matières étaient enseignées ainsi que l’attestent les ouvrages conservés dans la bibliothèque. Les Jésuites firent appel à un architecte de Marine pour construire l’église ; celle-ci ne comporte aucun pilier, et a la forme d’une coque de bateau renversée. Respectueux du savoir-faire des populations locales, notamment des Guaranis, les jésuites leur confièrent la décoration intérieure. Le retable du chœur fut réalisé dans le pays des guaranis à plusieurs centaines de kilomètres, puis assemblé sur place.

      

    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

     

                  Pluie, culture, rencontre chaleureuse    Pluie, culture, rencontre chaleureuse   Pluie, culture, rencontre chaleureuse

                                                                 Paseo del buen Pastor

    Après la grande ville pas très clean, une petite ville bien propre et très riche en histoire : Alta Gracia. Son climat particulier lui a valu le statut de « Font Romeu » locale. Ainsi des célébrités avérées ou potentielles, en délicatesse avec leur santé, y ont séjourné. Auparavant les Jésuites, encore eux, y avaient développé une estancia destinée à financer le collège qu’ils avaient ouvert à Cordoba. Belle visite guidée du site classé au patrimoine mondial par l’Unesco.

                                        Pluie, culture, rencontre chaleureuse    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

    Après une nuit marquée par la chute, près de Casita encore, d’un cactus de cent ans, les trotteurs visiteront dans la foulée les trois musées de la ville.

     

    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

     

    Le musée Manuel De Falla, installé dans la dernière demeure du célèbre compositeur  a des airs de maison basque. La pluie qui tombait ce jour-là ne faisait qu’accentuer cette impression. Le compositeur s’était installé à cet endroit sur les conseils de son médecin, opposé à son retour en Europe après des concerts à Buenos Aires.

     

    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

     

    Le musée consacré à Che Guevara, dans la maison où ses parents s’étaient installés alors que le jeune Ernesto avait lui aussi des problèmes de santé, retrace la courte vie du célèbre révolutionnaire.

                                        Pluie, culture, rencontre chaleureuse    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

    L’atelier d’un sculpteur français, Gabriel Dubois, inconnu des Trotteurs, mais pas du Vatican et de la cour d’Angleterre.

     

    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

     

    Et pour finir, un lieu inattendu, la grotte de Lourdes réplique édifiée entre 1915 et 1916 à l’initiative de pèlerins qui s’étaient rendus dans la cité mariale, lieu de pèlerinage important pour les Argentins.

                                       Pluie, culture, rencontre chaleureuse    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

    Pour rejoindre Iguaçu et ses célèbres chutes, la route est longue. Lors de leur bivouac au volcan Lanin  Mariel et Manuel les avaient invités à partager  un « asadito », s’ils passaient du côté de Cordoba. Quelques mails échangés, un crochet de 200 kms et au bout un weekend exceptionnel à Canals. Mariel, Manuel, Magdalena, Francisco et leur famille les ont accueillis à bras ouverts. Au menu, discussions sur la situation de l’Argentine, de la France, comparaisons sur les organisations administratives, chansons du folklore régional interprétées par Manuel et ses « choristes très concentrées » et bien sûr ASADO succulent. Ils voulaient repartir le lundi matin, mais ils resteront un jour de plus pour encore profiter de ce sentiment de bienêtre dans cette famille. Le lundi soir, c’est encore la fête, des conversations sérieuses coupées par des séquences de rires, Manuel faisant le « pitre »(effet de l'eau de Lourdes?), une belle soirée, des bises sur des joues un peu humides. Enfin le lendemain, il faut repartir…dur moment pour tout le monde. Les Trotteurs espèrent bien que d’ici 2015, la situation économique de l’Argentine s’améliorera, de façon que leur souhait de visiter la France puisse se réaliser.

                                      Pluie, culture, rencontre chaleureuse       Pluie, culture, rencontre chaleureuse

                                         Pluie, culture, rencontre chaleureuse         Pluie, culture, rencontre chaleureuse

                                      Pluie, culture, rencontre chaleureuse       Pluie, culture, rencontre chaleureuse

     

    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

     

     En attendant Magdalena va apprendre le Français et Mariel reprendre les cours.

    Pour une fois le masque « Trotteurs » s’écarte. Nous les remercions du fond du cœur de ces moments extraordinaires que nous avons vécu à Canals, nous les embrassons ainsi que la maman Poli, Edgard et Marie et bien sûr tous les enfants, muchos abrazos.

     

     

     

     

     

    Pluie, culture, rencontre chaleureuse

     

     

     

     

     

    « Des volcans capuchonnés de blanc à la bouillonnante Santiago du 27 Janvier au 12 Février 2014"Que d'eau, que d'eau!" aurait dit Mac Mahon...du 25 Février au 8 Mars 2014 »

  • Commentaires

    1
    lacrampe
    Lundi 10 Mars 2014 à 11:01

    que d'émotions! (nature, monuments, rencontre)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Amitiés
    Lundi 10 Mars 2014 à 11:35

    Que de beaux paysages, que de belle rencontres à vous faire rêver.

    3
    Les Bagnérais
    Lundi 10 Mars 2014 à 22:03

    Bonsoir Les trotteurs,

    Toujours aussi ravis de partager un peu votre Voyage - Puente del Inca où la violence du vent a failli nous faire rater l'Aconcagua - Talampaya: une merveille - ses pétroglyphes - si mes souvenirs sont bons - certains représentaient des petits hommes avec un scaphandre - comme si les extra-terrestres étaient passés par là - Iguazu où en 1989 la passerelle menant jusqu'au bord de La Garganta existait encore

    Nous sommes aussi très heureux de partager la joie et les émotions de toutes vos rencontres - Nous ne sommes pas surpris de la Météo - Je crois que le climat est chamboulé partout - Nous avons quand même fait du ski avec notre petite famille galloise

    Bonne continuation et à la prochaine

    Bien amicalement

     

     

    4
    antton
    Mercredi 12 Mars 2014 à 17:57

    Malgré la pluie que de belles photos........ la route vous apporte plein de surprises parfois étonnantes !!!

    Est ce que les cactus sont très piquants ?  Biz   A plus

    5
    DE MAN
    Vendredi 14 Mars 2014 à 19:43

    Bonjour les amis,

    Pour un pyrénéen ça fait drôle de retrouver la grotte de Lourdes!

    St Lary n'a pas changé, nous revenons des sports d'hiver, cela nous a fait beaucoup de bien.

    Merci de nous faire partager tous ces magnifiques paysages, nous vous embrassons.

    Chantal, Alain

     

     

     

    6
    Alain et Monique
    Mercredi 19 Mars 2014 à 17:33

    Encore de beaux paysages et des rencontres formidables. Merci  de continuer de nous faire rêver. Bise à vous deux et bonne continuation. 

    7
    david duthu
    Jeudi 20 Mars 2014 à 21:01

    Bonjour et un coucou d'Uglas, j'ai appris votre beau voyage. profitez en bien. je suivrai votre périple avec plaisir.

    davidl

    8
    Annie
    Mardi 25 Mars 2014 à 20:59

    Nous nous sommes rencontrés sur un bateau dans le canal de Beagle... bon pour nous, nous sommes bel et bien au boulot... et ce soir, je me disais où sont -ils? manifestement le périple se poursuit et les photos et récits me rappellent d'excellents souvenirs et me font rêver!


    Très bonne continuation!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :